Promouvoir l'entrepreneuriat chez les jeunes

Solutions pour promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes

Êtes-vous jeune, audacieux et à la recherche d’emploi ? Vous allez découvrir dans cette page des solutions vous permettant de créer votre entreprise. Ces solutions se résument avec les deux points suivants : le bannissement de l’autocensure et l’accès aux micro-crédits. Découvrez ici de plus amples informations sur le sujet.

Promouvoir l’entrepreneuriat, solution au chômage des jeunes

La jeunesse témoigne d’un dividende croissant pour l’entrepreneuriat. Les pouvoirs publics en sont conscients et soutiennent cela fermement, notamment en direction des demandeurs d’emploi. Toutefois, promouvoir l’entrepreneuriat, processus compliqué et audacieux, tel un remède au chômage des jeunes, est-il précautionneux ? En vue d’alimenter cette idée, il faudra alors étudier de plus près la nature des intentions entrepreneuriales déclarées par les jeunes et examiner leur éventuel accomplissement. Pour cela, il convient de vérifier si les jeunes ont les capacités d’entreprendre, même en étant peu compétents et peu exercés. Il convient également de voir les freins à leur création d’entreprise, tout en sachant que l’obstacle au souhait d’entreprendre est l’autocensure, principalement jointe à un manque de confiance en soi. Il faudra donc notamment bannir l’autocensure et oser accéder aux micro-crédits pour pouvoir, avant tout, créer son entreprise.

Bannir l’autocensure

Il existe beaucoup de missions locales, c’est-à-dire de structures qui s’engagent à l’insertion des jeunes âgés de moins de 25 ans. Celles-ci mettent en avant un accompagnement à l’entrepreneuriat (60 %) qui est habituellement réalisé par des organisations spécialisées comme ADIE et BGE. Pourtant, il n’y a pas beaucoup de jeunes qui en tirent profit étant donné qu’il est inaccoutumé de voir ceux qui affirment auprès de leurs conseillers mission locale avoir un projet de création. Créer son entreprise n’est donc pas enthousiasmant ? La réponse est pourtant « non ». En effet, une enquête a été menée auprès des jeunes venant de 22 missions locales et celle-ci a montré le contraire car 43 % des jeunes interrogés ont déjà pensé créer leur association ou entreprise. Pourtant, 18 % uniquement ont avoué cela à leurs conseillers. L’autocensure montrée par cette étude demeure être explicable par deux facteurs. Premièrement, les jeunes ont un manque de confiance en eux et ils n’ont pas assez confiance également en leurs projets, pour partager le sujet à leurs conseillers. Deuxièmement, ils voient la mission locale comme un secteur consacré seulement à la formation et à l’emploi, et non à la création d’entreprise qui s’avère être un « effet miroir » du chemin que les pouvoirs publics ont donné aux missions locales cette dernière décennie.

Accéder aux micro-crédits

Notez également que le réseau des Banques Populaires a donné son appui au fonds de prêts d’honneur, en vue de permettre à 1 000 jeunes dont 1/3 des jeunes des quartiers prioritaires de tirer profit de prêts sans intérêt, pour compléter le micro-crédit destiné à financer la création ou le déploiement de leurs entreprises. Ce fonds dont le montant maximum est de 5 000 € est réservé aux jeunes de moins de 32 ans, mais les plus en difficulté. Cette cible regroupe des jeunes possédant des projets avec un besoin de financement inférieur à 10 000 €, des allocataires d’un minimum social et des demandeurs d’emploi. Cette solution pour promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes va donc permettre à ces derniers de créer leurs entreprises plus facilement.